D’Émile Cohl aux ateliers de peinture

Portrait

Né à Lyon en 1970, Eleonore Sieulle suit la formation une formation d’Arts Appliqués à l’école Emile Cohl à Lyon en tant que Infographiste-Illustrateur.

Elle pratique alors beaucoup le modèle vivant, l'illustration, la perspective, la sculpture et l’animation.

Après avoir travaillé dans des agences de publicité et  imprimeries, elle travaille en Free-Lance en tant qu’illustrateur avec plusieurs maisons d’édition durant 5 ans .

Arrivée dans la Drôme, elle continue son métier d'illustrateur en se passionnant de plus en plus à la peinture. Que ce soit à Sauzet, Loriol, puis à Marsanne, ses ateliers de dessin peinture l’ont suivit.
Elle y transmet, depuis 18 ans, ses acquis.

Viennent les techniques mixtes : elle combine acrylique, pastel gras, pastel sec, encre et huile. Une technique mixte particulière qui sied davantage à son expression personnelle.
Passionnée par le portrait, les scènes de vie et surtout le modèle vivant, elle va développer cette technique jusqu'à garder l'essentiel des lignes qui caractérisent chaque individu.

Entretien

Lui : Vous avez débuté votre carrière en travaillant la peinture à l’huile...

Moi : Oui, mon travail à l'huile sur toile brute n'avait rien de comparable avec ce que je produis à présent.
C'était une démarche réaliste et je me focalisais sur la ressemblance.   
J'utilisais beaucoup de couleurs chaudes dorées brunes que je je  me faisais un point d'honneur à créer moi-même. 

Lui : Comment avez-vous découvert le mélange de techniques mixtes et leurs potentialités artistiques?

Moi : Du  fait de monter souvent à Paris, l'huile me semblait très encombrante pour réaliser des croquis rapides de nus et des scènes de vie prises sur le motif.
J’ai donc décidé d'utiliser le papier, j’enduisais des fonds en amont d'acrylique .
Puis devant les modèles en fonction du modèle, de sa posture, de l'instant je choisissais le support : Quel papier, quels fonds, quelle technique , quel médium ?
En fonction de ce choix, avec la plume, j’utilise  des encres … J’essaie de trouver l' essentiel dans cette posture, si je dois mettre de la couleur, des rehauts ???

La plume, proche du dessin et plus spontanée et elle m'a libérée…


Lui : Concrètement comment travaillez-vous ?

Moi : En atelier de modèle vivant, je prends un papier épais beige ou kraft, j'humidifie et prépare un fond à l'acrylique ou pas.
En fonction des poses du modèle, je décide de prendre ou le crayon ou la plume ou le pinceau, ces médiums me servent à construire mon dessin, à le placer dans la page et à mettre l'essentiel.


Lui : Pourquoi traiter le nu les scènes et  le portrait ? Que cherchez-vous à transmettre en abordant ces thématiques ?

Moi : Cela me donne l'opportunité d'une recherche d'équilibre entre la lumière et l'expression d'un corps l'atttitude, le placement de la figure, les incidences des jeux d'ombres et de lumières vous apportent la sensation et l’émotion.
J'essaie de suggérer  une présence plutôt que d'affirmer ce que je vois.

Lui : Vous faites parfois plusieurs versions du même sujet…

Moi : Oui pour le nu,cela peut arriver car je travaille beaucoup d’esquisses, beaucoup de croquis en amont dans des ateliers d'art avec des vrais modèles vivants et puis chez moi en atelier, j'utilise la technique du transfert… Ainsi pour le même dessin, je vais le développer de différentes manières avec des fonds différents, des couleurs différentes en fonction de mes souvenirs ou de mon envie du moment. Je m'amuse à les déplacer comme des pions en rajoutant ou  en retirant pour obtenir des perceptions totalement différentes… Le, hasard des interventions du transfert et l'aquarelle ajoutée donne une dimension supplémentaire à l’aventure…

Lui : Travaillez-vous sur le motif ?

Moi : Oui il est essentiel à ce jour que je travaille sur le motif c'est pour cela que je monte souvent sur Paris pour travailler le modèle vivant pour provoquer des gens en pleine action, en train de traverser une rue, en train de déjeuner, en train de dormir dans le train dans le TGV.

Lui : Enfin quelles sont les peintres qui vous inspire ?

Moi : Scheile pour son trait impudique qui permet vraiment de sentir la sensibilité de chaque modèle qu'il a croqué… Toulouse Lautrec aussi pour les mêmes raisons, son trait, sa ligne d’une telle sensibilité , d’une telle vérité. Cézanne pour son approche des couleurs et des formes simplifiées...
Giacometti pour ses croquis sans lever le crayon, spontané…
Chardin pour sa lumière sur les plages et ses scènes de vie de gens juste suggérées, juste ce qu'il faut…
Parfait, quoi...

Eléonore Sieulle

Artiste Peintre en Drôme Provençale près de Montélimar
Cours adulte enfant et stage de peinture

Tel : 04 75 91 56 33
Mail : latelierdeleonore@gmail.com
www.latelierdeleonore.com
13 avenue René Chartron 26740 Marsanne
Copyright © 2010 Eléonore Sieulle